Fresque citoyenne du groupe thématique Consommer - la ville 1

Lors de la dernière session, les 150 membres de la Convention Citoyenne pour le climat se sont essayés à un exercice original : celui d’imaginer une version contemporaine et écologique de la célèbre fresque d’Ambrogio Lorenzetti. Proposée par Julien Dossier, cette appropriation de l’Allégorie et effets du Bon Gouvernement, fut l’occasion pour les membres de la Convention de coucher sur le papier leurs premières idées ou pistes pour une « transition écologique et sociétale »

Peinte en 1338 par le siennois Ambrogio Lorenzetti, l’Allégorie et Effets du Bon Gouvernement dans la ville et à la campagne, décore depuis le XIVe siècle les murs de la Sala della Pace du Palazzo Pubblico de Sienne. Cette fresque, représentant la cité au travail, l’harmonie et la concorde, décrit un équilibre entre, à droite, un espace rural fertile, riche en biodiversité et source de matières premières, et, à gauche, un espace urbain où le commerce, la transformation et la création prospèrent.

C’est de ce système résilient que, Julien Dossier, spécialiste de la ville durable, s’est inspiré pour mettre en place son dispositif « Renaissance écologique ». Cette version XXIe siècle de la fresque siennoise, dessinée au trait plein par Johann Bertrand d’Hy, a pour ambition de permettre au plus grand nombre de proposer sa propre vision d’une société qui répond aux enjeux de la transition.

Ambrogio Lorenzetti, Effets du Bon Gouvernement dans la ville et à la campagne, 1338, ©Common public

Le 16 novembre au soir, lorsque les derniers membres de la Convention Citoyenne ont quitté le Conseil économique, social et environnemental pour rejoindre leur hôtel, seules les dizaines de post-its multicolores collés aux vitres du Palais d’Iéna témoignaient encore de la soirée qui venait de s’achever. « Isolation énergétique », « Végétalisation urbaine », « Solidarité », « Circuit court »,  « CH4 », … autant d’idées déposées sur de petits carrés de couleurs, accolées sur la version contemporaine de la fresque siennoise.

Un peu plus tôt dans la soirée, des volontaires issus des cinq groupes thématiques de travail de la Convention, Se loger, Se nourrir, Consommer, Se déplacer, Travailler/Produire, s’étaient prêtés au jeu. Ils ont ainsi rempli leur propre fresque en y inscrivant leurs réflexions, leurs idées, nourrissant ainsi leur imaginaire et tentant de dessiner ce à quoi cette transition pourrait ressembler.

Fresque citoyenne du groupe thématique « Consommer », ©Katrin Baumann

Plus d’informations sur le projet Renaissance écologique sur : https://www.renaissanceecologique.fr/

Laisser un commentaire